Le cerveau peut-il vivre sans le corps ?

Tout savoir sur les biocarburants et alimentation
juin 10, 2021
La fin du concept de l’Homo-economicus ?
juin 10, 2021

Le cerveau ne peut pas être transplanté, du moins jusqu’à présent. C’est le centre opérationnel de notre corps qui gère la plupart des activités conscientes et inconscientes que nous effectuons. Mais le cerveau peut-il vivre sans le corps ?

Des études récentes remettent en question la possibilité pour le cerveau d’avoir une vie propre après que le corps a cessé de fonctionner. Le cerveau peut-il « ressusciter » ? Découvrons quelques informations supplémentaires à ce sujet.

Les neurones vivent encore un certain temps après la mort.

Des recherches menées par plusieurs laboratoires à Berlin et plusieurs centres de recherche aux États-Unis ont étudié l’activité des neurones chez des personnes présentant des lésions cérébrales irréversibles. Les études ont également été réalisées sur des personnes dont la ventilation assistée avait été interrompue quelques instants auparavant. Pour la science, il s’agissait de sujets considérés comme cliniquement morts.

Les scientifiques ont observé que, comme prévu, les neurones ont cessé de fonctionner en raison du manque d’oxygène. Cependant, l’aspect surprenant a été d’observer que même en l’absence d’oxygène, les neurones reprenaient une certaine activité (appelée dépolarisation). Cette activité a duré un certain temps, même en l’absence d’oxygène, sans causer de dommages irréversibles aux neurones. Par la suite, une situation critique est apparue, causant des dommages irréversibles.

Cette découverte indique que les neurones survivent même en l’absence d’oxygène pendant une période assez prolongée. Cela s’est produit malgré le fait que les enregistrements d’électroencéphalogrammes ne montraient aucun signe d’activité cérébrale ou cardiaque (qui s’était arrêtée pour toujours). Ces données nous invitent à réfléchir sur les limites de la vie au-delà de la mort.

Le cerveau vit en dehors du corps

Dans une nouvelle étude, publiée dans la revue Nature, ils sont parvenus à maintenir en vie le cerveau de certains porcs, même en dehors du corps. Les chercheurs ont isolé les cerveaux de porcs abattus et, après quatre heures hors du corps, les ont placés dans un système permettant l’acheminement des nutriments et de l’oxygène par les vaisseaux sanguins du cerveau.

Six heures après cette opération, on a observé que les neurones avaient récupéré leurs fonctions métaboliques, consommaient des sucres, et que le système immunitaire avait repris son fonctionnement. Par la suite, les chercheurs ont également réussi à stimuler électriquement les neurones, qui ont ainsi retrouvé la capacité de communiquer entre eux.

Un aspect fascinant a été d’observer que la réaction des neurones n’était pas simultanée. Cela indiquerait que chaque neurone a agi indépendamment des stimuli sélectifs. C’est comme s’ils retrouvaient leurs fonctions en utilisant une certaine « conscience ».

Le cerveau peut vivre sans le corps : la question éthique reste ouverte

Les chercheurs ont arrêté l’activité cérébrale au bout de six heures pour des raisons éthiques. Leur objectif n’était pas de parvenir à une « résurrection de la conscience ». Ils voulaient trouver un modèle d’étude pour analyser les effets des médicaments ou d’autres traitements sur l’activité cérébrale.

Cependant, ces résultats ont ouvert un débat sur la vie de la conscience de l’individu au-delà de la mort. Dans la plupart des pays, un individu est considéré comme légalement mort lorsque l’activité du cœur ou des poumons cesse. Pour vivre, le cerveau a besoin d’une énorme quantité d’oxygène, de sang et de nutriments, de sorte que jusqu’à présent, on pense que la résurrection de cet organe est irréalisable.

Est-il possible de ressusciter le cerveau après un arrêt cardiaque et de récupérer indirectement l’activité corporelle ? Aurons-nous plus d’options à l’avenir pour savoir comment effectuer des transplantations de cerveau ? Le débat sur ces questions fascinantes est toujours ouvert…